Vous êtes les bienvenues !

Posté le 03/06/2014 - Actualité
6 commentaires
Bienvenue-JARDIN4D-03486

Plantes compagnes qui protègent, productrices d’huiles essentielles, plantes amies qui nourrissent et qui soignent : sans autre formalité, entrez au jardin !

Phacélie, seigle, trèfle, ortie, lin, souci, consoude, achillée, avoine, thym, fougère, menthe, moutarde, sarrasin, luzerne, capucine…la liste est longue !

De toutes ces « plantes amies », laquelle ne s’est pas encore invitée dans votre jardin ?

De quoi l’habiller de pied en cape ?

Il restera toujours une place pour le parfum d’un rosier ou le graphisme d’une graminée…

Vous hésitez ?

C’est parfois fondé :

1-      La prêle est utile, elle est aussi une peste envahissante : cherchez-la ailleurs, et, si elle s’est déjà invitée, arrachez-la sans relâche, utilisez-la largement, et donnez-la aussi…

2-      Le purin (ortie, consoude…) dérange par son odeur ? Avant de devenir « purin », c’est une macération qui évolue en fermentation : la préparation est efficace, notamment comme engrais, avant le stade « gênant »…

Ces plantes savent nourrir, protéger, soigner : elles sont les bienvenues dans nos jardins !

6 Commentaires

  1. Des plantes sauvages qu’il faudrait apprendre à apprivoiser plus souvent :-) belle soirée

    • Nous comptons sur toi Cathie pour irriguer nos jardins de « bonnes idées sauvages » (http://neriphotos.wordpress.com/)!
      Belle journée (orageuse)

  2. Paresseuse, je coupe ortie et consoude en morceaux et fais du paillage pour mes tomates…sans purin ! ça marche !

    • Bien-sûr Capucyne que la technique du paillage est la plus simple et immédiate : elle est utilisable avec toutes les plantes amies, et avec presque toutes les « mauvaises herbes ».
      3 remarques complémentaires :
      – utiliser la « plante amie » en paillis suppose de disposer d’une quantité suffisante (la fermentation multiplie les propriétés);
      – si l’effet attendu est à court terme, la macération permet une mise à disposition plus rapide pour les racines de la culture;
      – dans le cas d’un sol à faible activité biologique (c’est hélas courant), le paillis sera difficilement transformé, tandis que la préparation fermentée va stimuler microfaune et microflore, donc améliorer le sol…

      Pour ce qui est de la « paresse » en matière de jardinage, il faut en avoir les moyens :
      – les objectifs peuvent être très modestes et le travail à minima devient possible;
      – l’expérience et la compétence peuvent être élevés, et le « meilleur choix » se fait facilement…

      D’accord pour simplifier, quand c’est possible !

      Sans oublier que chaque jardinier mène son propre chemin : « paresseux », ou « passionné gaspillant ses énergies », ou tant d’autres possibilités…

      Bon jardinage

  3. Un régal que votre blog. On y sent la connaissance de la nature et surtout l’amour que vous lui portez. Merci pour votre réponse sur mon blog hier. J’aime à trouver des solutions alternatives avec des plantes pour soigner les petits bobos de santé. Beau dimanche. Amitiés. Joëlle

    • Merci Joëlle pour cet encouragement…
      L’un et l’autre nous tissons notre toile faite de photos et de mots; de chronique en chronique nos paysages se dessinent : j’apprécie le vôtre (http://joellecolomar.eklablog.com/)
      Bel été fertile en inspirations
      Amicalement

Laisser un commentaire