Jardinier épicier

Posté le 27/05/2014 - Conseil
10 commentaires
JARDINIER-EPICIER-4DII-03080

L’industrialisation de l’agriculture avait condamné le jardinier à devenir « toxique » c'est-à-dire diffuseur de produits dangereux pour le sol, l’air, l’eau et la biodiversité…

Cette époque est révolue !

Nous disposons désormais d’un corpus de connaissances et d’une panoplie d’outils qui nous permettent de mieux comprendre et gérer autrement nos jardins.

Les possibilités s’élargissent, les réflexes changent, et la « pharmacie » du jardinier devient « épicerie ».

Nourrir le sol qui fournit à la plante tout ce dont elle a besoin pour accomplir son cycle, prévenir plutôt que guérir, créer les conditions d’un « système jardin » autonome et résilient ?

Le jardin produit facilement ortie, consoude, fougère…

Le jardinier a sous la main argile, savon, lait…

L’essentiel des solutions POUR le jardin, sont DANS le jardin : vaste « épicerie de proximité ».

Et, si votre boîte à outils est incomplète, optez pour une boîte à idées locale : sollicitez votre Jardinier France Bleu !

10 Commentaires

  1. Très jolie photo, j’aime beaucoup.
    Pour le reste, oui, à condition de le vouloir… mais je crains que l’économie ne soit la plus forte, en tous cas pour les grosses cultures.
    A voir dans l’avenir, si la réglementation finit par se resserrer.
    Je te souhaite une belle fin de journée

    • Ne crois-tu pas, Pascale, que l’ECONOMIE AUTREMENT, c’est possible ?
      L’image de l’épicerie s’est incrustée dans ma chronique car les solutions viendront d’un changement de nos habitudes : l’économie, c’est toi, c’est moi, c’est nous tous…
      Comment ? Ce sont des choix, effectivement, à condition de connaître l’étendue des possibilités.
      Le jardin a ceci d’irremplaçable : il permet d’expérimenter notre capacité à gérer le vivant avec ses multiples connexions (sociales, écologiques, économiques…), avec des retours d’expériences et des enseignements qu’il suffit d’écouter; c’est une école à portée de main dont l’humanité a grand besoin, petits et grands…
      Un peu moins de virtuel, un peu plus de jardin, ce serait déjà bien !
      Bonne soirée à toi

  2. J’ose croire que de plus en plus de gens prennent conscience de cela, mais aussi de plus en plus de gens essaient de faire un commerce du biologique ! soyons optimistes !

    • Bonsoir Capucyne,
      les blogs jouent un rôle important dans la prise de conscience et l’influence des pratiques.
      Ainsi votre article du 27 mai dernier a permis à plusieurs personnes de découvrir la phacélie (http://capucyne.over-blog.com/) : bravo, et encouragements !

  3. Magnifique photo toute en transparence. J’expérimente un retour vers le potager à 1000m d’altitude et j’y prends grand plaisir en tout cas. Je ne sais ce que ce jardin produira mais le faire est déjà tout un bonheur. belle soirée

    • C’est un beau projet, Cathie, ce potager à 1000 m !
      Je sais que j’aurai la possibilité de suivre son évolution avec fortes photos et commentaires subtils (http://neriphotos.wordpress.com/)…
      Sans doute connais-tu le Centre Terre Vivante ? Les expériences menées dans les conditions montagneuses de Mens (38) depuis 20 ans peuvent t’éviter nombre d’erreurs…
      N.B.: Terre Vivante fête ses 20 ans le 9 juin prochain (http://www.terrevivante.org/1095-journee-portes-ouvertes.htm)

      Conditions de sol, de climat, cultures qui « marchent »… les voisin(e)s peuvent aussi accompagner.
      N’hésites pas à me solliciter !
      Amitiés

  4. Oh que si c’est possible, et je la pratique moi même au quotidien, dans les emballages, dans le recyclage, dans l’économie d’energie, dans l’économie de l’eau… bref dans mon empreinte écologique, mais c’est au dessus que je pensais, à ceux qui ne veulent qu’une chose, c’est le gros profit, et… après moi le déluge.
    Alors faire selon ses possibilités, chaque goutte de la mer forme la mer, c’est certain…
    Belle fin de journée

    • Tu m’autoriseras Pascale à affirmer ici que ton expression publique dans ton blog va beaucoup plus loin que ces gestes quotidiens que tu cites, même s’ils sont importants…
      Tu évoques « l’étage du dessus » et l’irresponsabilité coupable des humains (certains) ?
      Tu ne positionnerais pas certaines citations sur le bandeau gauche de ton blog (http://nokomis.eklablog.com/) si tu n’avais la conviction de pouvoir participer à cette métamorphose nécessaire de l’humanité !
      Jardin4D est solidaire du combat de South looks wildlife…
      Amicalement

  5. Bonsoir, Hervé
    Merci de ta visite et du commentaire laissé.
    Effectivement, j’aime le jardin, à la fois d’agrément mais aussi le potager.
    Avec une multitude d’espèces différentes, si l’on veut qu’il soit toujours nickel (1000m2), on y passe tous nos WE, et on ne veut pas en devenir esclave !
    Bonne soirée.

    • Bonsoir Thierry,
      il serait dommage, sous prétexte d’avoir un jardin « nickel », que tu négliges la photographie !
      N.B. : Il existe des chemins de traverses qui permettent de gagner du temps et de l’espace : permaculture, agroforesterie…
      Je suis certain que ta pratique de jardinier est une école du vivant qui nourrit ton art photographique !
      Merci pour tes voyages partagés et pour ces portraits étonnants : http://tce76.eklablog.com/

Laisser un commentaire