La fin des tomates bleues ?

Posté le 13/05/2014 - Réflexion de JARDINIER 4D
8 commentaires
TOMATES_BLEUE_02331

Par choix ou parce que vous n’avez pas d’autre possibilité, vous cultivez vos tomates en plein air ? Cette chronique est faite pour vous…

Directement soumis aux caprices de la météo, à la pluie, au vent… : vos pieds de tomates doivent être « forts » !

Les règles de base :

  • Choix d’une variété résistante ;
  • Acclimatation progressive avant la mise en pleine terre ;
  • Alimentation tonique renforçant les défenses naturelles ;
  • Traitements préventifs et curatifs raisonnés.

 

L’utilisation sans discernement de sulfate de cuivre neutralisé à la chaux peut rassurer et donner l’illusion que : « tout étant bleu, tout va bien »…

Or le cuivre métal s’accumule dans le sol, et devient toxique !

Les possibilités d’actions préventives et curatives s’élargissent de jour en jour : notre page Facebook accompagne le changement de vos habitudes.

Cette page et nos conseils sont accessibles même si vous n’avez pas de compte Facebook, par un lien « F » au bas de chaque page du site JARDIN4D.

8 Commentaires

  1. Pas de pieds de tomate dans mon jardin, mais j’admire les photos, elles sont superbes dans les couleurs.
    Bonne journée Hervé

    • Venant d’une grande photographe (http://nokomis.eklablog.com/), tandis que j’ai tout à apprendre, le compliment me touche…
      Oui Pascale, j’aime la nature, les couleurs, l’art du Jardin… : cela doit transpirer dans mes photos ?

      Je profite de cet échange pour répondre à l’un de vos précédents commentaires (http://jardin4d.com/un-jardin-un-blog-jardin4d-printemps-des-jardiniers).
      Pour moi, « La main verte » n’existe pas; mais « Le bon sens » oui…

  2. Cette bouillie tâche les légumes et pollue, il y a bien longtemps que je n’ en utilise plus !

    • Oui Laurent, il faut éviter le sulfate de cuivre.
      Il existe des produits moins toxiques à base d’oxychlorure ou d’hydroxyde de cuivre : c’est précisé sur l’emballage.
      En dosant faiblement le cuivre en association avec la prêle on peut exercer une prévention efficace des maladies cryptogamiques.
      La tomate reste une culture délicate qui demande expérience et observation : quelles sont les clés qui vous permettent de cultiver sans traitement cuprique ?

  3. l’année dernière j’ai utilisé un mélange huile de Colza, bicarbonate de sodium , eau en prévention : pas de maladie. A re-tester si le temps menace ! (« Recette » entendue lors des « Rencontres régionales des Refuges LPO )

    • Oui Capucyne, c’est la bonne démarche, ouvrir les yeux et les oreilles, tester, et ne pas perdre de vue la priorité : SUPPRIMER TOUS LES « …CIDES », qu’ils soient artificiels ou naturels.
      L’agro-écologie a tracé le chemin et Marc Dufumier, agronome, nous le rappelle avec fermeté : http://www.universcience.tv/video-marc-dufumier-expert-en-agroecologie-6258.html
      La diversité est une force, cultivons-là !
      Je trouve vos séries photographiques avec les commentaires associés très pertinents et esthétiquement séduisants (http://capucyne.over-blog.com/) = « Capucyne ou l’art de faire passer les messages… » = AVIS AUX JARDINIER(E)S !!
      Très bonne fin de semaine

  4. Bonjour Hervé
    Effectivement pas évident d’avoir de belles tomates .Pour ma part je les fait pousser sous un abri avec des tôles transparentes ouvert au vent j’ai ainsi résolu les problèmes de mildiou jusqu’aux premiers brouillards.( sans aucun traitement) . J’arrive dans les meilleurs cas à avoir des tomate jusque mi octobre

    amicalement et bonne journée

    • Oui Alain, la culture de la tomate est certainement l’une des plus délicates, et une gestion sous abri est l’idéal : tu nous les présenteras en photos, ces belles tomates ?
      http://photosalain.eklablog.com/
      Bonne récolte 2014 !

Laisser un commentaire