Qui sera chef ? Similitude politique (9)

Posté le 21/07/2014 - Actualité
26 commentaires
sim-pol-2014-05671

C'est l'été, les vacances, le jardinier s'est absenté pour une durée indéterminée... Plus de jardinier ? C'est la fête au jardin, parfum de liberté ! C'est aussi...compliqué : qui va commander ?

Être ou ne pas être, une jungle, une ruche : le jardin hésite à désigner un roi, ou une reine…

Comment s’organiser, quelles règles pour vivre ensemble, sans jardinier ?

On ne peut aller dans des directions opposées.

Laisser germer tout le stock des graines présentes dans le sol et accueillir toutes les nouveautés apportées par le vent, les oiseaux…?

Tolérer qu’une envahissante occupe tout l’espace ?

Comment apprendre à vivre sans celui qui imposait sa loi ?

Un Jardin peut-il continuer son chemin sans Jardinier ?

Imbroglio politique ! Et question métaphysique ?

Un jardin, c’est une nature « humanisée », il n’existe pas sans jardinier…

Enfin !

Le jardinier est de retour…

La Nature doit-elle s’inquiéter ?

Tout ce petit monde devra bien s’adapter.

A moins que le jardinier se soit absenté pour apprendre à écouter son jardin ?

 

26 Commentaires

  1. Bon soir Hervé,
    Mais personne ne commande, chacun vit avec, c’est ainsi que j’essaie de procéder.
    Il faut dire que je ne me sens pas une âme de jardinier, juste une âme nature, et c’est peut être ce qui fait la différence.
    Pour ce qui est de ton intervention par rapport à ma question, bien évidemment je préfère la sincérité à l’hypocrisie, car personne n’avance et n’évolue dans l’hypocrisie je pense.
    Là il ne s’agissait pas d’un commentaire, mais juste je voulais un avis, rien de plus, car la personne qui m’a dit et répété cette phrase à prétendu que j’étais la seule à mal l’interpréter, et cela malgré le fait de lui avoir demandé de reformuler. Si j’accepte la sincérité et la spontanéité, je ne considère pas la provocation délibérée comme étant un mode de communication constructif. Alors de fait je voulais savoir si j’étais réellement la seule puisque c’est ce qui était prétendu avec une grande insistance.
    Je te souhaite une très bonne soirée

    • Bonsoir Pascale,
      je ne reviens pas sur la difficulté de la modération dans les commentaires de Blog, certaines attitudes étant difficilement défendables : tu as raison d’affirmer tes valeurs…
      Concernant l’objet de cette chronique, tu as raison également de distinguer « l’âme nature » et « l’âme de jardinier » car l’initiation au fonctionnement du vivant et des systèmes vivants devrait précéder la prise de responsabilité d’un jardin : quelque chose comme un « permis de jardiner » qui éviterait bien des « fautes de conduite » du système jardin.
      Les organisations et les comportements que l’on peut constater dans la nature peuvent-ils inspirer et permettre le renouvellement des systèmes humains défaillants ?
      Sans aucun doute, et les « âmes nature » sont précieuses pour guider le jardinier qui serait tenté de vouloir tout (trop) contrôler, et « dominer la nature ».
      C’est en tout cas pour moi une nécessité d’être connecté avec des naturalistes pour mieux comprendre la nature et le vivant !
      Amicalement

  2. J’ai lu avec plaisir les chroniques « Similitudes ».
    Jardiner, avoir un jardin quelle diversité , quelle richesse!
    J’ai une partie du jardin que je laisse vivre tous les ans printemps , été, automne, je nettoie un peu en hiver. J’y trouve chaque année une ou deux plantes nouvelles, apportées par le vent ou les oiseaux. Avec elles des hôtes nouveaux. J’observe , je contemple, j’admire. Et j’apprends, c’est surtout cela qui fait ma récompense. La solution de beaucoup de nos interrogations se trouve dans les réponses apportées par la nature qui s’adapte, évolue, se modifie, mais jamais ne renonce!
    Merci pour ces belles chroniques superbement illustrées et les nombreux échanges très constructifs qui s’en suivent!
    Bonne journée à vous!

    .

    • Merci Lucie !
      Votre Blog est pour moi un jardin extraordinaire que je visite toujours avec gourmandise : http://lejardindelucie.blogspot.fr/
      Chacune de vos chroniques entomologiques est une double aventure :
      – la vôtre en quête des « petites bêtes »,
      – celle du sujet de vos études.
      La précision scientifique de vos descriptifs et la qualité impressionnante de vos photographies me permettent de mieux comprendre et respecter ce petit monde discret.
      Que l’été 2014 soit riche de nouvelles découvertes !
      Amicalement

  3. Bonsoir Hervé,
    Quand je reviens de voyage, mon jardin est transformé en jungle. J’ai bien souvent des difficultés à ouvrir la porte tant les hortensias ont pris leurs aises.
    De nouveaux visiteurs se sont installés comme par exemple une vipère qui devait trouver agréable de trouver de quoi se nourrir facilement. De nouvelles fleurs ont fait leur apparition, je leur laisse l’entière liberté de s’épanouir et cela réussit très bien.
    Mais il faut bien que tout ce petit monde puisse cohabiter tranquillement, en une semaine, la jungle s’est retransformée en jardin, la vipère est allée rejoindre les hautes herbes plus loin et mes petites souris ont dansé de joie. Quant aux nouvelles graines, je laisse également un espace sauvage pour les laisser vivre leur vie.
    Bonne soirée

    • Merci Katia pour cette illustration toute en douceur et en nuances de la fonction de régulation qui revient au jardinier : « la jungle s’est retransformée en jardin… » comme tu le dis si bien !
      Une attention sensible et subtile que j’apprécie dans tes chroniques (http://ktiaphotos.eklablog.com/)…
      Voyage et/ou Jardinage ? Bel été !
      Amitiés

  4. Personnellement je n’ai plus de jardin mais plutôt des pelouses : j’aime laisser faire la nature en limitant de temps en temps l’envahissement ou les indésirables pousses et je vois que les oiseaux aiment aussi y séjourner tranquillement… ce qui me ravit. Amitiés.

    • Bonjour Philippe,
      petit à petit mon jardin accueille de mieux en mieux les oiseaux, mais, pour réussir à les photographier, il me faut encore cultiver la patience de l’affût…:je trouve mon plaisir dans les blogs amis (http://philippedebieve-sesphotos.skynetblogs.be/) !
      Bonne « chasse » estivale,
      amicalement

  5. Bonjour Hervé, ah que j’aime quand j’ai de nouvelles découvertes au jardins, un gros merci à nos petits oiseaux!!! J’adore jardiner mais parfois oufff… il y a tant à faire hihihi… À chaque année je change des plantes de place, fais de nouvelles plates-bandes et là je me dis bon ça va être fait pour longtemps et, l’an d’après encore tout autant de changement… une belle forme de méditation! De gros bisous tout doux et bonne journée!

    • Oui Maria-Lina, j’imagine ton jardin plein de surprises, d’énergie, d’humour, et d’amour pour tous ses habitants : un petit paradis pétillant d’humanité, comme ton blog (http://marialina.canalblog.com/) !
      Bises amicales

  6. La nature peut très bien se débrouiller sans nous. L’humain a besoin de se croire indispensable et de tout gérer comme il l’entend. La nature a ses propres règles. Mais il est vrai que le jardin est la création de l’homme et qui dit création dit aussi soins à apporter et volonté plus ou moins imposée. J’aime le naturel ou pseudo-naturel des jardins anglais. Douce journée à toi. Amitiés. Joëlle

    • Bonsoir Joëlle,
      si l’on va plus avant dans l’analyse des « soins apportés par l’humain pour faire de la nature un jardin », l’on trouve les 4 orientations principales identifiées par JARDIN4D et une forme de spécialisation des blogs selon l’orientation adoptée par le jardinier.
      Et c’est une affaire de passionnés !
      Ce blog est jeune, il aura un an en septembre, et les commentaires sont pour l’instant essentiellement le fait de naturalistes qui tendent logiquement et prioritairement à restaurer une biodiversité, à gérer un espace où, comme tu le dis, « la nature peut très bien se débrouiller sans nous »…
      Mais oui, « le jardin est la création de l’homme » =
      – le jardin va donc également intégrer le souhait de produire fruits et légumes,
      – il va s’inscrire dans une tradition de l’Art des jardins (anglais selon ton penchant),
      – il va également intégrer les contraintes de circulation, de gestion d’un espace qui est une extension du logement…

      Ma priorité restera toujours l’humain et son épanouissement, et mon chemin, le jardin…
      J’essaie ici, de chronique en chronique, de baliser le chemin : merci de m’aider à stabiliser les balises !
      Les tiennes s’appliquent au vaste monde (http://joellecolomar.eklablog.com/), elles sont importantes, aussi…
      Très bonne fin de semaine,
      Amicalement

  7. Bonjour Hervé.
    Sur mon terrain, c’est sauvage et réglementé. Il y a assez grand pour avoir de tout et tout le monde y trouve son compte. J’ai horreur des jardins stricts, d’ailleurs la nature y vient moins souvent et y est moins diverses. Je rencontre chez moi des papillons que je n’avais encore jamais photographiés, alors laissons les herbes folles en paix ! (mais locales uniquement, là-dessus pas de pitié.
    Bonne journée.

    • Ton jardin, Nathalie, paradis sauvage en zone réglementée, te permet d’avoir (sous la main) à portée d’objectif un potentiel exceptionnel de biodiversité, et, via ton blog (http://bioclicetphotos.blogspot.fr/), pour notre plaisir !
      Merci et continues à capter toutes ces beautés,
      amitiés

  8. J’ai toujours une grande joie à revenir… découvrir ce qui a changé, ce qui est nouveau et me plonger dans tout cela pour remettre de l’ordre mais sans trop… laissons un peu de naturel !bonne fin de journée… joli Blog!

    • Merci Mina pour ta visite…et merci surtout pour tes « Instants…entre le passé et l’avenir », ces concentrés de sensibilité que tu distilles sur ton blog (http://photodemina.eklablog.com/) !
      Très belle suite pour ton été,
      amitiés

  9. Moi, je découvre un blog qui est un très beau jardin. Il me sera agréable de venir m’y promener.
    Merci pour votre commentaire, cela m’a fait chaud au coeur.
    Bonne fin de journée. Amicalement

    • Bonsoir Elisa,
      l’identité montagnarde et savoyarde de votre blog fait qu’il m’est spontanément proche; le partage de vos « Petits Bonheurs » (http://elisa-france.eklablog.com/) est à la fois très spontané, et fouillé.
      Votre traitement des différents sujets abordés met à notre disposition un parcours pédagogique et artistique qui ne peut laisser indifférent : Merci !
      A très bientôt,
      Amicalement

  10. j’aime découvrir des présents inattendus dans mon jardin mais aussi ceux que j’ai planté.
    J’ai semé un mélange de fleurs au printemps et là je suis heureuse de voir apparaître des fleurs nouvelles et grande surprise la bourrache! je suis trop contente. Du coup pratiquement chaque matin, je vais les prendre en photo et les saluer.
    J’apprécie de venir lire les mots que tu sèmes ainsi que tes prises de vues bien cadrées.
    Merci pour ton gentil commentaire.
    Bonne soirée, muxu

    • Merci Muxu, j’apprécie tes visites et tes commentaires…
      Il y a dans les blogs « Photos/Mots » des perles incomparables : ton « Piano léger » en est une (http://aufildesimages.eklablog.com/piano-a108623474), Bravo !
      Très bon weekend à toi
      Amitiés

  11. Le jardinage doit être une complicité et non un rapport maitre-esclave (dans le sens qu’on veut)
    Bonne fin de semaine

    • Oui Kri, cette relation équilibrée doit rester une finalité non négociable !
      Tu vas plus loin en évoquant une « complicité » : cela suppose une connaissance et une compréhension…
      On n’en fini jamais de mieux connaître, ainsi, merci pour ta chronique sur Psyllobora Vigintiduopunctata, la Coccinelle à 22 points (http://bykri.ek.la/coccinelle-a-22-points-psyllobora-vigintiduopunctata-a108477712) : je découvre une possibilité de contrôler l’oïdium = une lutte biologique où l’insecte mange le champignon !
      Telle une tête chercheuse des subtilités du monde vivant, continues à nous surprendre…
      Très bonne fin de semaine pour toi également,
      Amicalement

  12. Merci pour la petite visite au barrage des Gloriettes. On y reviendra…. Là-haut, la nature se débrouille seule car l’hiver fait le grand ménage.
    Plus bas, sans l’intervention humaine, il n’y aurait que de la forêt, et donc beaucoup moins de biodiversité.
    Jardinage : dur dur de maîtriser l’herbe qui a tendance à dépasser les plantes, et de garder un équilibre entre plantes cultivées et semis spontanés.
    À bientôt

    • Merci à la « Fourmi des montagnes », bien occupée, de faire un détour par JARDIN4D !
      Toujours curieux de vous suivre dans vos « laborieuses » pérégrinations (http://lafourmidesmontagnes.eklablog.com/) : dans l’attente du prochain partage
      amicalement

  13. C’est comme en politique, la nature a horreur du vide
    http://www.josephguegan.com/

    • Merci Joseph pour ta visite… et pour tes articles toniques !
      Amicalement

Laisser un commentaire